Élaboration d’un projet d’assainissement : Le guide complet

Élaboration d’un projet d’assainissement : Le guide complet

Dans cet article je partage avec vous l’ensemble des étapes à suivre pour mener à bien l’élaboration d’un projet d’assainissement urbain.

1 – Collecte de données

L’ingénieur projeteur doit collecter le maximum de données auprès des services concernés afin qu’il puisse mener à bien le dimensionnement et la conception du réseau d’assainissement en question. 

Voici la liste des données à collecter :

1.1 – La topographie du terrain

Le levé topographique du terrain est une donnée indispensable pour élaborer un projet d’assainissement. Il permet de connaitre les pentes et leur sens par rapport à l’exutoire, de faire le découpage des sous bassins versants…

1.2 – Le plan d’urbanisme

Le plan d’aménagement de la zone d’étude nous permet de bien faire le tracé du réseau d’assainissement.

1.3 – La population

Avoir des données sur la population nous aide, essentiellement, dans la détermination des débits d’eaux usées. Voici quelques données à récupérer sur la population :

  • La densité moyenne de la population
  • Les zones de fortes concentrations d’habitation
  • L’extension de la population
  • Le nombre d’habitants actuel et celui d’horizon (coefficient d’accroissement de la population)
  • La population saisonnière s’il y a lieu ainsi que son séjour (cas des zones touristiques par exemple)

1.4 – La vocation de l’agglomération

On peut distinguer trois types d’agglomération : Agglomération à vocation résidentielle, Agglomération à vocation agricole et agglomération à vocation industrielle. Dans le cas de cette dernière il faut collecter des connées comme :

  • La quantité d’eau rejetée, tenant compte de taux de recyclage, (quantité / ouvrier ou par tonne de produit fabriqué, s’il s’agit d’usine de transformation ou de fabrication)
  • le régime de travail de l’usine afin de déterminer la pointe du rejet au cours de la journée
  • La composition chimique des eaux rejetées (prétraitement éventuel).

1.5 – Le sol

Voici les différentes d’informations à récupérer sur le sol :

  • Les différentes natures du sol
  • Les données sur l’agressivité du sol
  • Les zones perméables et imperméables
  • La profondeur du banc rocheux
  • La profondeur des caves des habitations
  • L’encombrement du sol par les autres types de réseaux.

1.6 – L’hydrologie

Pour calculer le débits des eaux pluviales quelques données et paramètres hydrologiques seront nécessaires. Cela dépend aussi de la méthode choisie pour le calcul des débits (méthode rationnelle ou superficielle) :

  • La pluviométrie
  • L’intensité de pluie
  • Les exposants climatiques

2 – Etude du projet

Après la collecte des données nécessaires, le projeteur doit procéder comme suit :

2.1 – Choix du système du réseau

Le projeteur doit choisir le système du réseau (Unitaire ou séparatif) en fonction :

  • De l’urbanisation de l’agglomération et son encombrement
  • Des ouvrages existants, (AEP, gaz, etc.)
  • Du cours d’eau récepteur (exutoire)
  • De la largeur des chaussées.
  • Comparaison des variantes (système séparatif, unitaire).

2.2 – Tracé en plan du réseau

  Le projeteur doit choisir son schéma de réseau en tenant compte :

  • De la répartition des habitations à travers la zone urbaine.
  • De l’emplacement de la station d’épuration s’il existe.
  • De la topographie du terrain.
  • De la position de l’exutoire.

Généralement le tracé du réseau d’assainissement suit le tracé de du réseau de la voirie. Le projeteur doit éviter la traversée des propriétés privées, terrains boisés, marécageux, banc rocheux…

2.3 – Evaluation du débit des eaux pluviales 

Après récupération des données hydrologiques nécessaires et division de la superficie urbaine en surfaces élémentaires (sous bassins) suivant les limites naturelles, lignes de partage des eaux, terrains de même nature… Le projeteur va calculer le débit des eaux pluviales suivant la méthode de calcul choisie (méthode rationnelle ou superficielle).

2.4 – Evaluation de la quantité des eaux usées domestiques

La quantité moyenne des eaux usées domestiques rejetées est estimé à partir de la quantité moyenne des eaux potables consommées; généralement le débit d’eau usées domestique représente 80 % du débit d’eau potable. Le dimensionnement se fera avec le débit de pointe, donc on doit évaluer le coefficient de pointe pour calculer le débit de pointe.

2.5 – Evaluation du débit des eaux usées industrielles 

Après recensement des usines et leur vocation (de production ou de transformation), on doit déterminer le débit maximum des eaux usées rejetées, connaître le taux de recyclage, la composition chimique, pour un éventuel prétraitement avant son rejet dans les collecteurs. En général, pour les usines, le coefficient de pointe est de 3.

2.6 – Calcul hydraulique

2.6.1 – Pente 

Bien que c’est une données, la pente doit être judicieusement choisie afin de minimiser les contraintes et d’assurer l’auto-courage dans les collecteurs. Cette pente varie entre 0,2 et 5%. Dans le cas de fortes pentes, l’utilisation des regards de chute ou le changement du tracé s’imposent.

2.6.2 – Coefficient de ruissellement 

Ce coefficient influe énormément sur la quantité d’eau pluviale. Il est donc déterminé soit :

  • En considérant la densité de population.
  • En considérant les caractéristiques des différentes natures de surface.

2.6.3 – Les débits de dimensionnement

Quel que soit le système d’évacuation (unitaire ou séparatif), le débit maximum de dimensionnement représente toujours la somme des débits de pointe des différentes natures de rejet. Le même cas se produit pour le débit minimum.

2.6.4 – Détermination des diamètres 

  • La superposition des pointes d’eau usée des différents usagers représente l’hypothèse fondamentale pour le dimensionnement du réseau ;
  • Les diamètres sont déterminés en fonction des pentes imposées et des débits déterminés en vérifiant la vitesse d’auto-curage ;
  • Afin de minimiser les variations de vitesse, il est préférable de substituer la section circulaire en section ovoïde dès que le diamètre dépasse 800 mm ;
  • Pour le dimensionnement du réseau, l’utilisation des abaques ou des logiciels rend simple la détermination des diamètres et les paramètres hydrauliques.

2.6.5 – Choix du matériau des collecteurs 

Le matériau des conduites est choisi en fonction :

  • De la nature de sol (agressivité)
  • De de la nature chimique des eaux usée rejetée.
  • Des efforts extérieurs dus au remblai.

3 – Pièces à préparer

3.1 – Pièces écrites

Un rapport détaillant les données disponibles pour l’étude du projet, les matériaux utilisés, les règles et les hypothèses de calcul, les logiciels utilisés (Vous pouvez téléchargez gratuitement cet exemple de rapport : https://hydro-blog.com/note-calcul-assainissement/);

3.2 – Pièces graphiques

Les pièces graphiques à préparer sont :

  • Un plan synoptique ou plan de situation à l’échelle 1/2000
  • Une vue en plan ou Tracé en plan du réseau à l’échelle 1/1000 : Plan sur lequel figure les regards et les collecteurs avec les informations suivantes : les numérotation, les côtes tampon et les profondeurs pour les regards et les matériaux, les diamètres et les sens d’écoulement pour les collecteurs
  • Profils en long à l’échelle 1/500 ;
  • Détails types : Plans définissant les différents détails de raccordement à l’échelle 1/100 ;
  • Plans de coffrage et de ferraillage des ouvrages à une échelle minimale 1/50

Abonnez-vous à notre newsletter !

Pour ne rater aucune de nos nouvelles ! Un email vous sera envoyé à chaque fois qu’on publie un nouvel article.

Cet article a 4 commentaires

  1. abdoulfatre

    Mille mercis pour les efforts consentis dans l’élaboration de ce joyau. Tout en espérant aussi un guide pareil pour les AEP etc

      1. abdoulfatre

        J’ai lu un document dans lequel on mentionne, les pièces à prépare, à savoi
        LE BET ou l’ingénieur doit établir le dossier contenant au minimum les éléments suivants:
        – Un rapport détaillant les données disponibles pour l’étude du projet, les caractéristiques des matériaux utilisés, les règles et les hypothèses de calcul, les logiciels utilisés;
        – Un plan de situation à l’échelle 1/2000
        – Tracé en plan du réseau sur lequel figure les regards de visite (avec numérotation et côtes tampon et filets d’eau) ainsi que les regards à grille sans oublier d’indiquer le sens d’écoulement;
        – Profils en long aux échelles 1/1000-1/100;
        – Plans définissant les différents détails de raccordement à l’échelle 1/10 à 1/25;
        – Plans de coffrage et de ferraillage des ouvrages à une échelle minimale 1/50

        1. ssadeq

          Re @abdoulfatre
          Justement, j’allais parler de ça dans cet article et puis j’ai je me dit qu’il serait intéressant de rédiger tout un article bien détaillé sur ça avec des illustrations et des exemples de plans. Mais puisque vous avez abordé le sujet je vais rajouter ça à l’article et d’en écrire un autre plus détaillé par la suite !
          Merci @abdoulfatre pour votre proposition et interaction. J’invite aussi les autres abonnées du blog à participer à enrichir cet articles ou même mes autres (vos suggestions sont les bienvenues).

Laisser un commentaire